Comment définir son type de cheveu ?

Premièrement, il est important de rappeler qu’il existe 3 grands types de cheveux en fonction des ethnies.

alt="comment définir son type de cheveu"

Les différents types de cheveux et leurs particularités

1 – Le cheveu de type africain ;
2 – Le cheveu de type caucasien ;
3 – Le cheveu de type asiatique.
Et, chaque type de cheveu comprend des sous-catégories.
A noter qu’il n’existe pas de type de cheveu métisse.
Si le cheveu de type africain à la particularité de pousser lentement et d’être sec, le cheveu de type caucasien peut parfois être gras.
Le cheveu de type asiatique, quant à lui, à la particularité d’être le plus raide et le plus résistant. Selon les recherches scientifiques, il est celui qui a la phase de croissance la plus longue.

Comment définir son type de cheveux ?

Ainsi, pour définir son type de cheveu, il faut donc prendre en compte différents critères.

Quels sont les critères ?

Tout d’abord, il faut regarder la forme de ses cheveux afin de déterminer si elle est en spirale, si elle forme des boucles plus ou moins détendues ou resserrées ou si elle est raide ou en baguette.
Il faut savoir qu’il existe des têtes multi-textures (avec plusieurs types de cheveux).

Dans un second temps, il faut regarder le calibre de ses cheveux, afin d’en déterminer l’épaisseur. Un cheveu de petit calibre est fin, tandis qu’un cheveux de gros calibre est épais.

Ensuite, il est important de connaître la densité. La densité correspond au nombre de cheveux présent au cm2 sur le crâne. En effet, selon la densité, les soins à apporter ne seront pas les mêmes.

Il faut également considérer un critère au niveau de production de sébum et de sa répartition le long de la fibre capillaire. A-t-on un cheveu sec ou gras (rare pour un cheveu crépus). Bien évidemment, les soins à apporter devront prendre en compte ce critère.

Il faut également observer si les cheveux sont sujets aux fourches,

S’ils sont sujets aux pellicules.

Puis, il faudra prendre en compte la solidité du cheveu. Le cheveu se casse-t-il facilement ? Est-il plutôt résistant ? (prise en compte sans pathologies).

Et, la fragilité du cheveu (prise en compte sans pathologies).

Enfin, il faut déterminer la porosité du cheveu…

Cette liste (non exhaustive) de critères permet donc de définir son type de cheveu. Pour obtenir des cheveux sains, il convient de les prendre en considération.

Concernant la classification d’André Walker, elle hiérarchise le cheveu. En effet, elle classifie le cheveux de 1 à 4, allant du cheveu raide à ondulé, à frisé, à crépu, avec des catégories A, B, C. De plus, elle ne permet pas de prendre en compte les critères énoncés précédemment.

Ce qu’il faut retenir

En conclusion, pour définir son type de cheveu et ainsi pouvoir mettre en place une routine capillaire adaptée, un ensemble de critères est à prendre en compte. Effectivement, le test de porosité n’est pas le seul indicateur. Il est donc nécessaire de combiner les différentes caractéristiques propres à chaque cheveu : la forme, l’épaisseur (calibre), la densité, la production de sébum (cheveux secs, gras, « régulés »), les fourches, les pellicules, la solidité, la fragilité, la porosité…








Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*